Accueil > [Archives] Tour du monde en 6,50m > Carnet de bord - Tour du monde en 6.50 mètres

Carnet de bord - Tour du monde en 6.50 mètres

Toutes les versions de cet article : [français] [italiano]

"Je me lance vers un tour du monde en solitaire, sans escale, sans assistance, par les trois Caps. Mes pieds ne sont pas sur un bateau de 18,28 mètres du Vendée Globe mais sur une coque trois fois plus petite qui deviendra, en cas de réussite, le plus petit bateau au monde, de mémoire d’homme, à avoir complété la circumnavigation de la Terre sans escale et via le Horn. Et le skipper c’est moi."


JPEG

Italie, juillet 2008 , débute la restructuration complète du « Findomestic Bianca », je dois en faire en sorte que la coque en particulier sorte indemne de la fureur des Océans du Sud

JPEG

18 septembre 2009, mon voilier part pour les Sables d’Olonne d’où prennent le large les bateaux du Vendée Globe

JPEG

Port Olona, 26 octobre, le grand départ, l’émotion est générale mais il faut y aller, il est l’heure de larguer les amarres !

JPEG

7 novembre, j’aperçois les Iles de Madère, parfois les vagues dépassent 3 mètres et les déferlantes s’écrasent sur le roof. La coque se retrouve sous l’eau sous une cascade d’écume

JPEG

25 novembre, je traverse l’équateur, la tradition veut que l’on se déguise pour ne pas attirer la colère de Neptune, hop ma cagoule et en route vers le Sud du monde !

JPEG

24 décembre, je passe le méridien de Greenwich et je me déguise en Père Noël avec de la mousse à raser et lunettes sur le bout du nez !

JPEG

10 janvier, direction le Sud des îles Kerguelen, ma plus grande frayeur arrive, la température chute, je crains la rencontre avec un iceberg. La nuit est un vrai cauchemar !

JPEG

10 février, mon meilleur souvenir, des dauphins nagent autour du bateau, ma main est dans l’eau et ils viennent s’y frotter le dos, je reste bouche bée, une rencontre merveilleuse !

JPEG

17 février, mi-parcours ! Poussé par une énorme vague sur le point de déferler, le bateau jaillit comme une flèche. Un surf à couper le souffle. Record de vitesse, 50 nœuds !

JPEG

30 mars, une violente vague vient coucher le bateau à 110°, je sors du cockpit, plus[ de mât ! Je suis à 900 milles des côtes chiliennes, la décision est prise je continue le voyage

JPEG

2 avril, 30 heures sans fermer l’œil mais mon mât de fortune est terminé, en route vers le Cap Horn !

JPEG

26 mai, Cap à l’Est de l’archipel Brésilien, je vais sous l’eau pour une partie de chasse et hop, je vise une dorade de plus d’un mètre, pour dîner je prépare un couscous de poisson

JPEG

Juin 2011, direction les latitudes Nord, le bateau avance seul, la respiration des baleines la nuit, les mots de la mer tous les jours différents...tout cela, pour moi, est poésie

JPEG

22 juillet, 8h02, j’arrive au bout de mon périple, un bain de foule m’attend, je salue la foule et crie « ET VOILÁ ! » Je suis très ému...