Accueil > [Archives] Vendée Globe > Bateau > Le 60’ Team Plastique vu par notre aventurier

Le 60’ Team Plastique vu par notre aventurier

Toutes les versions de cet article : [français] [italiano]


En un mot : robuste

C’est vrai, notre 60 pieds Team Plastique n’est pas de dernière génération, c’est certes l’un des plus vieux de la flotte et il faut être réaliste, il n’est pas aussi rapide que la plupart de ceux de mes concurrents. En moyenne, il doit avoir 25 % de puissance en moins que les autres. Autre détail qui me distingue des autres navigateurs : nous sommes les seuls à disposer d’une quille fixe, les autres ont des quilles pendulaires. Mais pour moi, la priorité reste avant tout d’être à bord d’un monocoque fiable qui répond à mes exigences et c’est
le cas, je suis vraiment satisfait du binôme que nous formons.


Un événement qui se prépare aussi sur terre

Nous avons réalisé une grosse maintenance sur le 60 pieds et changé tout ce qui était usé à bord sans toucher à sa structure et à son poids.

La préparation du bateau demande une longue préparation technique, physique et humaine. Il faut être très organisé, s’occuper de tous les équipements de sécurité, de la communication, de la santé, de l’habillement, de l’alimentation et j’en passe !

Le Vendée Globe, c’est un événement en mer mais qui se prépare aussi sur terre. C’est un bateau de régate qui demande beaucoup d’efforts physiques et il faut y être préparé. Sur ces « monstres de puissance », la technique ne suffit pas : en course, il faut être capable d’alterner de longues périodes moins actives et des efforts intenses lors des manoeuvres.


Rien n’est tracé

Heureusement rien n’est écrit dans le Vendée Globe. Tout ne se joue pas sur les avancées technologiques, la légèreté et la vitesse du bateau et c’est d’ailleurs ce qui fait le charme de cette épreuve extrême.