Accueil > [Archives] Vendée Globe > Communiqués > J+16 - Du vieux rhum pour le passage de l’hémisphère sud

J+16 - Du vieux rhum pour le passage de l’hémisphère sud

Toutes les versions de cet article : [français] [italiano]

Alessandro Di Benedetto, 13e au classement, a franchi l’équateur à bord de Team Plastique à 9h07 heure française. Après une belle progression en milieu de semaine avec des pointes de vitesse à 20 nœuds, il n’a pas été épargné ce week-end et a perdu de nombreux milles face à un pot au noir plutôt virulent. Fermant la dernière marche à près de 1115 milles du leader Armel Le Cléac’h, il peaufine actuellement ses réglages et sa météo pour affronter l’anticyclone de Sainte-Hélène.

Fin de passage difficile du pot au noir
Après un moment de complicité avec les dauphins, changement de rythme ce week-end pour Alessandro qui a multiplié les manœuvres pour adapter les bonnes voiles : « pendant deux jours, je n’ai presque pas arrêté de manœuvrer. Samedi j’ai sauté mon déjeuner, la faute à un nouveau changement de direction du vent ». J’ai navigué quelques heures avec la grand-voile haute et le grand gennaker, puis le vent a tourné de 90°. Donc nouvelle manœuvre, j’ai enroulé le gennaker, viré de bord, solent et grand-voile haute puis code zéro et grand-voile haute et une heure après, à nouveau solent et grand-voile haute ! ».

La quille fixe, une contrainte à gérer
Avec son monocoque à quille fixe, le seul de la flotte, le marin nous explique les contraintes qu’il rencontre face à ses concurrents : « une des choses les plus compliquées dans ce passage du pot au noir est de devoir adapter les ballasts (les réservoirs pour équilibrer la gîte du bateau) aux conditions du vent très variables. Avec une quille pendulaire, ce transfert de poids au vent, ça se fait en quelques secondes en faisant basculer la quille. Pour parvenir à un résultat similaire, il me faut entre 20 et 40 minutes pour chaque transfert d’eau, donc pour chaque changement important de vent ».

Un enthousiasme à toute épreuve pour cet homme océan
« Bon voilà, c’est ça aussi le pot au noir et il faut faire avec ! » nous confiait Alessandro samedi. Pas de quoi entacher le moral du franco-sicilien, toujours au beau fixe : « tout va bien, belle soirée, escorté par la lune et son magnifique reflet de guirlandes lumineuses sur le sillage océanique de Team Plastique. Pour dîner, je me suis fait un risotto à la viande et aux légumes et une fois le bateau bien réglé, je me suis accordé une bonne sieste ». Ce week-end, avec la tombée des grains, il a pu récolter un bidon d’eau douce de 12 litres en 4 minutes : « j’ai aussi profité de la pluie pour me laver. Un peu d’eau douce ça fait du bien à tout le bateau, ça rince les voiles et les écoutes ». (Cliquez en dessous pour voir la vidéo : Alessandro fait ses réserves d’eau).

Message du jour suite au passage de l’équateur :
« Ici il fait chaud partout ! Je viens de reprendre du bon vent finalement. Aujourd’hui, j’ai fait une cérémonie pour le passage de l’Equateur et j’ai donné un peu de vieux rhum offert par Didier Elin à Neptune et au bateau avec du riz et du sel (façon japonaise). Bon, là je suis concentré sur les réglages du bateau et de la météo, le passage de l’anticyclone ça ne va pas être simple ! Le bateau avance bien avec solent et grand-voile haute à 12 nœuds. »