Accueil > [Archives] Vendée Globe > Communiqués > J+73 - Alessandro "La douleur, il faut faire avec"

J+73 - Alessandro "La douleur, il faut faire avec"

Même avec un moral d’acier, difficile pour Alessandro de garder le sourire ces derniers jours. Dimanche soir, il déchirait son spi et se voyait obligé de monter une nouvelle fois au mât. Comble de malchance, quelques heures plus tard le 60’ Team Plastique partait à l’abattée. Contraint de sortir sur le pont, il prenait l’écoute de grand-voile en plein visage et se fracturait une côte en tombant. Dans la manœuvre, il perdait une voile supplémentaire, son petit spi tombé à l’eau.

Pourtant il suffit de regarder sa dernière vidéo envoyée hier soir pour s’apercevoir que malgré la douleur et la fatigue, Alessandro reste égal à lui-même et prend beaucoup de plaisir à faire glisser son monocoque. Ralenti par un vent mollissant, le skipper franco-italien navigue à 4109 milles du leader et affiche une vitesse moyenne de 12,7 noeuds sur les dernières 24h.

Message d’Alessandro :

« Merci à tous pour les messages de soutien, je suis vraiment touché, j’ai eu les larmes aux yeux. Là ça va mieux, je reprends des forces. La douleur à la côte diminue, je suis bien suivi par le Docteur Chauve. La petite blessure à la narine n’est pas grave, petit à petit ça cicatrise. Selon le médecin, la côte est cassée. Il faut que je fasse attention, je ressens encore des douleurs. Je garde le moral, quand ça s’est passé, j’ai saigné du visage, c’était mouvementé. Là je prends du paracétamol et de la pommade. Pas trop de repos parce que sur un 60’ en course, ce n’est pas possible !

Le plus important c’est qu’il n’y a rien de grave, la douleur il faut faire avec, il n’y a pas le choix. Heureusement le soleil revient et les températures remontent, les choses se remettent en place. Il faut que je reste prudent, je ne me sens pas de faire des mouvements amples. Je suis content des vitesses du bateau ces derniers jours mais j’ai perdu des voiles et je ne vais pas pouvoir garder les mêmes moyennes qu’avant. C’est sûr, ça va affecter mes choix météo, je vais éviter le portant ».