Accueil > [Archives] Vendée Globe > Communiqués > J+80 - Une route en zigzag

J+80 - Une route en zigzag

Toutes les versions de cet article : [français] [italiano]

Pendant que les deux premiers savouraient les retrouvailles avec les proches sur la terre ferme, Alessandro bataillait dans l’hémisphère sud avec un front orageux et une mer cassante difficilement contrôlable. Les dernières 24h n’ont pas été simples, le vent très variable et la visibilité réduite ont obligé le franco-italien à faire du surplace et à ménager sa monture.

Hier, il a découvert que son petit gennaker, la seule voile d’avant de portant qui lui restait, était lui aussi déchiré. Pas de quoi décourager Alessandro, « je vais éponger à l’eau douce, bien essuyer puis je vais coudre toute la partie déchirée et mettre du tissu adhésif » nous précisait-il dans l’après-midi.

Le skipper de Team Plastique poursuit sa remontée de l’Atlantique et fait route vers les îles Trindade et Martim Vaz. Sur les dernières 24h, il a parcouru 215 milles mais ne s’est rapproché que de 86 milles de l’arrivée et se trouve à 4552 milles des Sables d’Olonne. La route est encore longue, qu’importe, malgré tous les contretemps, ce Sablais d’adoption conserve son incroyable enthousiasme.

Alessandro, au téléphone ce matin :

« Alors là je viens de sortir je crois de la partie la plus difficile de cette dépression orageuse, j’étais vraiment au milieu, c’était violent. J’ai eu du vent très variable qui n’a pas arrêté de changer de direction et de force avec parfois des accalmies, souvent du vent au-delà de 40 nœuds, des grains et parfois une visibilité à moins de 20 mètres. J’ai été obligé de faire du surplace pendant une journée, j’ai dessiné des nœuds pour éviter de casser le bateau car il y avait une houle croisée très forte.
D’ici peu je vais devoir changer d’amure pour remonter. Le programme c’est d’atteindre le nord-est des îles Trindade et Martim Vaz d’ici deux jours je crois, pas moins, car je vais avoir du vent faible qui ne va pas arrêter de tourner.

Mauvaise nouvelle hier, j’ai découvert en essayant d’envoyer le petit gennaker qu’il était lui aussi déchiré. C’est moins important que le grand gennaker qui est complètement détruit. Je vais essayer de le recoudre aujourd’hui.

Là, j’ai récupéré un peu, ça faisait plus que 36h que je ne m’étais pas reposé, j’étais en veille. Si l’on regarde mon parcours, on voit bien que j’ai fait des allers-retours sur plusieurs milles d’un côté à l’autre. Il fallait réduire de la toile et manœuvrer sans arrêt pour soulager le bateau. J’étais vraiment fatigué, là ça fait du bien de savoir que je me rapproche du tropique du Capricorne et que je commence à mettre mon bonnet pour me protéger du soleil. »

Les félicitations

« Toutes mes félicitations à François Gabart et Macif pour la magnifique performance réalisée, résultat de l’union des dernières technologies et des capacités du navigateur. Bravissimo François ! J’ai fêté son arrivée avec la dernière bouteille de champagne à bord. Un grand bravo aussi à Armel Le Cléac’h et Banque Populaire ainsi qu’à Alex Thomson qui n’est plus très loin... »

Téléchargement