Accueil > [Archives] Vendée Globe > Skipper > Une histoire qui commence par un coup de cœur

Une histoire qui commence par un coup de cœur

Toutes les versions de cet article : [français] [italiano]

Une rencontre qui donne naissance à un projet

Juillet 2010, Alessandro Di Benedetto boucle le parcours du Vendée Globe en solitaire, sans escale et sans assistance… mais à bord d’un voilier de 6,50 mètres.
Tout au long de ce périple éprouvant, le navigateur franco-italien a fait preuve d’un sang-froid exemplaire et d’une force de caractère hors-norme.

Ainsi, lorsqu’il démâte peu avant le passage du Cap Horn, il n’abdique pas et fabrique un gréement de fortune qui permet de rallier les Sables d’Olonne après 268 jours de mer, un record du monde !
Jamais un homme n’avait fait un tour du monde sur un si petit bateau…

Des frayeurs qui n’ont pas eu raison de sa soif d’aventure !
Mû par une passion immodérée pour la mer, un amour illimité pour le voyage et un insatiable besoin de se surpasser.

Une envie de repartir sur la même route mais à bord d’un 60 pieds en course,
Un challenge humain et technique qui suscite l’admiration du directeur de Team Plastique, Didier Elin et de son réseau de partenaires,
Une volonté commune de relever ensemble le défi du Vendée Globe,
Un rêve qui devient réalité…

Plus qu’un tour du monde, une aventure humaine, physique et technologique…

Le Vendée Globe, c’est l’absolue simplicité : une course à la voile, autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance.

Le parcours du Vendée Globe témoigne de la grandeur de l’événement : réaliser le tour du monde d’Ouest en Est, par les trois grands Caps de Bonne Espérance, Leeuwin et Horn. Une longue descente de l’océan Atlantique, la traversée périlleuse des mers du sud avec d’abord l’Océan Indien et ses mers croisées puis l’océan Pacifique, le plus grand océan du monde. Enfin la remontée de l’Atlantique et le retour vers les Sables d’Olonne, point de départ et d’arrivée de « l’Everest » des mers.

Il n’en fallait pas plus pour créer un mythe… car le Vendée Globe est un condensé d’aventures :
Une aventure physique pour tous ceux qui à un moment ou un autre doivent composer avec des difficultés avec « des monstres de puissance » mais aussi une aventure technologique, pour les équipes qui préparent des bateaux toujours plus fiables.

Au fil des éditions, cette course n’a cessé de tisser des légendes, d’apprendre à sortir plus fort d’un échec ou d’une défaite et d’offrir des moments inoubliables au cœur de l’océan. Même si les bateaux sont de plus en plus performants, les coureurs de mieux en mieux préparés, n’oublions pas que le Vendée Globe reste avant toute compétition, une aventure humaine.

Un tour du monde qui transcende aussi bien les héros solitaires que les millions d’anonymes qui se passionnent pour cette course ultime et qui se mobilisent sur les pontons et le long des côtes pour vibrer lors du départ et des retours.

La suite du récit pour cette nouvelle édition, nous la découvrirons au fil de l’eau...